Marre d’avaler n’importe quoi…

03

Entendre tous les jours de nouveaux risques autour de ce que nous mangeons et, plus souvent encore, sur les scandales médicamenteux qui sortent des chapeaux, parce que bon « on vous a donné à avaler ça mais on savait pas si c’était dangereux ; ça a des conséquences sur votre coeur, sur le développement de votre enfant, sur votre risque de cancer, sur la santé de votre coeur ? ah oui c’est dommage… », ça commence à me fatiguer grandement et me met généralement assez en colère. J’avoue que mon immense désamour des médecins et de tout ce qui s’en rapproche n’aide pas à me faire relativiser sur ce pan là.

Plus largement, autour des saloperies avalées de par l’alimentation, j’essaie de faire plus souvent attention, à regarder les étiquettes, à aller vers le plus sain (mais bon, là encore, même quand c’est marqué « bio » il y a des vices cachés parfois alors…), à aller vers le plus responsable aussi… Pas toujours facile, ni à trouver, ni à y mettre le prix (ça aussi… mais c’est un autre débat), mais on fait des efforts.

Je limite autant que possible la prise de médicaments aussi. Vive les remèdes naturels et les recettes de grand mère !

Alors, arrivant au bout de mon ultime boîte de pilules disponible avant un renouvellement par la case médecin, la décision qui me tiraillait depuis plus d’un an, à chaque fin de boîte, est prise : c’est fini. Marre d’ingurgiter des substances qui agissent sur le corps, alors qu’il sait normalement bien faire les choses tout seul. J’ai eu la chance de n’avoir jamais été malade avec ma pilule, même au début : pas de migraine, ni rien. Aujourd’hui par contre, j’ai pris du poids, je fais de la rétention d’eau, je ne me sens pas bien dans ma p’tite enveloppe… Alors, tout ne vient peut-être pas de la pilule, j’en conviens parfaitement, peut-être même rien de ça d’ailleurs. Mais plutôt que d’en « tester » une nouvelle pour aller vers un « on verra bien si ça s’arrange » (ah oui parce que ça aussi ça me fait sourire : on teste une première pilule, vous prenez 3 kilos, alors on va essayer une deuxième, ah mais elle vous bouche les artères, donc hop une troisième, qui arrange votre circulation mais vous fait perdre des cheveux et tomber en déprime… non mais ça s’arrête quand ??), je préfère aller dans cette même direction sans ne plus être polluée. Et effectivement, « on verra bien ». Si vraiment les conséquences sont difficiles, si le corps met trop de temps à reprendre ses droits, je raviserai probablement ma décision, nous verrons.

Les recherches sur l’arrêt de tout ça m’ont aussi fait hallucinée d’ailleurs, de par plusieurs témoignages retranscrivant la pression de médecins pour forcer à continuer, notamment une jeune femme qui expliquait qu’elle avait été incitée à aller voir un psy pour comprendre pourquoi elle voulait arrêter d’avaler des hormones alors qu’elle ne souhaitait pas procréer dans l’immédiat. C’est quand même fou, je trouve !

Donc, je revendique, je teste, on verra, peut-être que je regretterai et trouverai une autre solution, mais je suis parfaitement décidée à franchir ce pas.

Publicités

Un commentaire sur « Marre d’avaler n’importe quoi… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s